Your search results

Eolien: L’espagnol Gamesa parie sur Tanger

Posted by Kawtar Ettahiri on 12/02/2015
| News
| 0

L’énergie éolienne aiguise les appétits. Les majors de cette industrie se bousculent pour décrocher des appels d’offres. Les derniers prétendants en date, le saoudien Acwa et l’espagnol Gamesa. Ce dernier vient de participer à l’appel d’offres de l’ONEE, portant sur un parc éolien intégré de 850 MW. L’enjeu de ce méga-marché est de monter un investissement global de 11,5 milliards de DH avec l’obligation de créer une filière industrielle dédiée à l’éolien. Pour décrocher ce marché, Gamesa a constitué un consortium avec le géant saoudien Acwa. De sources concordantes, le consortium a présenté un plan ambitieux d’intégration industrielle. Cette offre fait valoir, en cas d’attribution du marché, l’implantation d’une usine de pales à Tanger. Le site Gamesa de Tanger (en partenariat avec TPI) prévoit une superficie globale de 40.000 m2 avec une capacité de production de plus de 1.000 pales/an. Le montant de l’investissement dans la capitale du détroit oscille entre 20 et 50 millions d’euros, selon les toutes premières indiscrétions. La capacité développée au  site de Tanger ne sera pas destinée uniquement au parc éolien de 850 MW, mais aussi à l’export vers l’Europe et le Moyen-Orient. L’investissement sera également accompagné par un plan de formation, en partenariat avec l’université locale. Une fois opérationnelle, l’usine devrait créer de la richesse dans son écosystème de fournisseurs/sous-traitants et équipementiers. A pleine capacité, le site de Gamesa à Tanger devrait créer un millier d’emplois directs et autant indirects.  Le choix de Tanger se justifie par la présence d’infrastructures adéquates, en termes de connectivité, de logistique et de proximité avec l’Europe. Ce qui facilitera le transport et l’export de pales (qui sont des composants très longs et très délicats). «C’est fondamental qu’il y ait un accès terrestre (routes et autoroutes) et un port à proximité», tient à préciser un spécialiste de l’éolien. A priori, le groupe a de sérieux atouts. En tout cas sa présence depuis une décennie au Maroc, plaide en faveur de sa candidature. Le groupe est opérationnel depuis 2004 au Royaume, à travers 6 parcs éoliens (Tanger, Tétouan, Essaouira et Laâyoune). Soit l’équivalent d’une capacité de 238 MW. Ce qui en fait le 2e turbinier du pays en termes de mégawatts installés.
A l’international, Gamesa assure une large couverture sur le marché de l’éolien. Il revendique une capacité de 31.000 MW dans 51 pays. Le spécialiste espagnol de l’éolien est déjà installé en Chine, en Inde, au Mexique, au Brésil ou encore aux Etats-Unis. A travers la plateforme Maroc, le groupe ambitionne de consolider sa présence sur le marché africain. «Si Gamesa est présent au Kenya, en Mauritanie, en Tunisie, en Egypte et en Algérie, c’est parce que le continent a un gros potentiel et recèle d’opportunités dans l’énergie renouvelable», avait confié le management récemment à la presse espagnole.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

  • Recherche

    Plus d’options